AGENDA
Être enfant en temps de guerre

long métrage documentaire réalisé par 8 jeunes de l’AMISC accompagné par le réalisateur Jean-Marie Châtelier

Projection dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine
Dimanche 18 septembre 2022 à 10h30 au cinéma Les Arts de Montivilliers
La projection sera suivie d’un temps d’échange avec les jeunes, Jean-Marie Châtelier et les témoins du film et d’un pot convivial.

Gratuit, réservation obligatoire dans la limite des places disponibles
à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce film est le fruit d’un atelier de réalisation Passeurs d’images. Huit jeunes sont partis à la rencontre de témoins de guerre passées et actuelles, sont allés sur des lieux de mémoire, afin de réaliser un film mêlant images d'archives amateur et témoignages.

Un film réalisé par : Lorenzo Allain, Rose-Anaeille Akpli, Emilien et Héloïse Commare Dally, Lana Konte, Ewan et Lisa Legourrierec, Nolan Recher
Accompagné par le réalisateur Jean-Marie Châtelier

Synopsis : Etions-nous vraiment en guerre lors du premier confinement ? Huit jeunes du centre social AMISC de Montivilliers se sont posé la question et ont cherché à y répondre en allant à la rencontre de témoins de guerres passées et récentes, sur des lieux de mémoire et en se plongeant dans les films d'archives amateurs de Normandie images. Ce film lumineux et sensible témoigne du parcours des jeunes aux côtés du réalisateur Jean-Marie Châtelier. Réalisé avant le début de la guerre en Ukraine, il évoque malheureusement une actualité bien réelle.


Projet porté par Normandie Images (dispositif Passeurs d’images et service mémoire audiovisuelle et cinématographique), en partenariat avec l’Association Montivillonne d’Initiatives Sociales et Culturelles de Montvilliers.

Journal de bord du projet

Mercredi 6 octobre : Lancement du projet
Une matinée de formation est proposée aux professionnels qui encadrent les jeunes et à des partenaires du centre social AMISC afin d’entrer au cœur du projet, plusieurs intervenants l’animent.

Bertrand Lecureur (chargé de Conservation et de Recherche au MUNAÉ, Musée national de l’éducation), aborde la jeunesse au temps de la guerre d’Algérie (1954-1962). La présentation s'appuie notamment sur le webdocumentaire “L’Algérie et son école” autour de la scolarité des jeunes algériens au temps de la colonisation et de la guerre. Bertrand Lecureur explique qu’en 1940, seules 10% de la jeunesse algérienne étaient scolarisées. Les participants visionnent des témoignages d’anciens élèves, d’enseignants ou encore de soldats instituteurs, parfois durs mais aussi particulièrement émouvants.

Agnès Deleforge (chargée de projets Mémoire à Normandie Images) présente le service Mémoire audiovisuelle et cinématographique de Normandie images et sa mission de préservation, de collecte et de valorisation des collections de films amateurs tournés sur le territoire normand ou par des personnes de la région. Normandie Images dispose de 5130 films amateurs dont les plus anciens datent de 1920. Les participants découvrent aussi la plateforme Mémoire normande memoirenormande.fr sur laquelle 3 989 films et 25 000 photographies sont visionnables gratuitement ainsi que des portraits filmés de cinéastes amateurs permettant de contextualiser les images. Des documents audiovisuels sur la vie quotidienne pendant les périodes qui intéressent les jeunes sont interrogeables par mots-clefs ou dates, ils seront une ressource très intéressante dans la réalisation de leur documentaire.

Jean-Marie Châtelier (réalisateur) explique son parcours, son métier de réalisateur de documentaire et sa démarche dans le cadre d’ateliers d’éducation aux images. Il leur fait découvrir le film Le tunnel Jenner au Havre : la tragédie du 6 septembre 1944 réalisé avec les élèves d’une école havraise, un atelier qui leur a permis de rencontrer des témoins. Ils visionnent aussi le film Gérard Morpain, un résistant, réalisé avec des collégiens mettant à l’honneur le premier résistant havrais.

L’après-midi est consacrée à la rencontre entre les jeunes et Jean-Marie Châtelier. Comment aborder la question essentielle du devoir de mémoire avec les jeunes et leur permettre de s’approprier cette question ? Le réalisateur leur propose de remplir un questionnaire afin d’alimenter les échanges au cours de l’après-midi. Quel est leur ressenti face à la déclaration d’Emmanuel Macron : “Nous sommes en guerre” (lors du premier confinement) ? Quelle serait selon eux la chose la plus difficile à vivre en temps de guerre ? Ont-ils déjà connu la guerre et pensent-ils la connaître un jour ? Quelle aurait été leur réaction durant la deuxième Guerre mondiale ? Certaines questions mettent d’accord tous les participants, comme celle relative aux propos d’Emmanuel Macron qu’ils ont trouvés exagérés, déplacés et même indécents, pour Lana c’était même “abusé” ! Tous s’accordent également à dire que leur vie est bien plus confortable que celle des enfants qui vivent dans un pays en guerre même s’ils estiment ne pas en avoir toujours conscience au quotidien et pensent souvent se plaindre pour des futilités. La question sur leur positionnement pendant la guerre les fait beaucoup réfléchir. Si Ewan est sûr qu’il se serait engagé dans la résistance, Lorenzo y aurait réfléchi deux fois s’il avait une famille, Lana quant à elle ne sait absolument pas ce qu’elle aurait fait, elle pense que face à une telle situation, on ne réfléchit pas forcément et on fait ce que notre instinct nous pousse à faire. Une chose est sûre, ils sont tous admiratifs de ceux qui se sont battus en ce temps-là et assurent, qu’en tout cas, ils n’auraient certainement pas collaboré. Ils parlent déjà cinéma aussi et interviews de témoins, ils découvrent des films d’atelier accompagnés par le réalisateur. Un premier questionnaire à destination des témoins est ébauché ensemble, les propositions et les idées ne manquent pas.


Lundi 25 octobre : Début de l’atelier de réalisation, des rencontres et des visites...

Les jeunes de l’AMISC viennent à Normandie Images à Rouen. Après une visite des locaux de conservation des archives filmiques, ils découvrent des films d’archives amateurs datant de la seconde Guerre mondiale et de la guerre d’Algérie. À travers ces images, les jeunes appréhendent ce qu’était la guerre à ces époques. Ils rencontrent ensuite plusieurs témoins : Pierre Cordier, réalisateur amateur de films (préservés par Normandie Images, films destinés initialement au cadre familial) et jeune appelé pendant la guerre d’Algérie, M. et Mme Jean, enfants pendant la seconde Guerre mondiale, et Alaa Hossam, jeune réfugié syrien et étudiant en médecine vivant aujourd’hui à Rouen.

Etreenfantentempsdeguerre3
Etreenfantentempsdeguerre4
Etreenfantentempsdeguerre5
Etreenfantentempsdeguerre6
Etreenfantentempsdeguerre7
Etreenfantentempsdeguerre 7 2


Mardi 26 octobre
Direction le Havre, où les jeunes sont attendus chez M.Cadilhac qui leur parle de son enfance en temps de guerre sans son père alors prisonnier en Allemagne. Tout juste revenus à Montivilliers en TER, les jeunes repartent à la Maison du Patrimoine et des Cités Provisoires de Gonfreville l’Orcher où M. Emion leur ouvre exceptionnellement les portes du musée pour une visite privée. Bertrand Lecureur, professeur d’histoire et historien au MUNAE est présent lui aussi et leur parle de la guerre d’Algérie qu’ils connaissent peu ou pas et répond à leurs multiples questions.

Etreenfantentempsdeguerre8
Etreenfantentempsdeguerre9


Mercredi 27 octobre
Les jeunes repartent à la Maison du Patrimoine et des Cités Provisoires, cette fois pour y interviewer Jad, un adolescent installé en France depuis quelques années après avoir fui la guerre chez lui, en Syrie. Ce témoignage touche beaucoup nos jeunes réalisateurs.

De retour à l’AMISC, les jeunes transforment la salle de l’accueil parents-enfants la Comète en véritable studio d’enregistrement. Ils accueillent Monique Lefebvre, adhérente de l’AMISC, qui témoigne et évoque son engagement citoyen, de nombreux souvenirs et anecdotes de son enfance pendant la guerre. Elle confie aux jeunes des livres afin de découvrir les images du Havre avant et après-guerre.


Jeudi 28 octobre
La jeune équipe repart sur la route pour se rendre à Sainte Adresse où les attendent Mme Olivier et M. Pedron. Avec la mer en fond sonore, les jeunes s’enrichissent de 2 témoignages très différents de ceux entendus jusque-là. L’après-midi, une autre adhérente de l’AMISC, Yveline, leur raconte son enfance avec beaucoup d’émotion. Une assiette généreuse de bonbons réconforte tous les participants. La météo exceptionnelle du jour pousse le groupe à modifier le plan de tournage et à réaliser les séquences en extérieur, au Cap de la Hève, dans les blockhaus. La lumière magnifique d’automne prolonge la journée de tournage un peu tard (Rose-Anaëlle, Emilien et Héloïse ne regagneront pas leur domicile de Sainneville avant 20 heures).


Vendredi 29 octobre
Sous une petite pluie, les jeunes réalisateurs reprennent la route pour Etretat accompagnés de Gilles, ancien militaire et bénévole de l’AMISC, pour rencontrer M. Pilon, également ancien militaire de la marine. Il leur raconte de nombreuses anecdotes sur son histoire, tant sur son enfance pendant la guerre que sur sa vie de matelot. Là encore, les jeunes font honneur au petit goûter qui les attend. Tout le monde repart la tête pleine d’histoires et il est décidé de s’arrêter au Mémorial de Saint-Jouin-Bruneval que l’un des jeunes connaît sur le bout des doigts. Émilien, passionné par cette période de l’histoire raconte l’importance du lieu pendant la seconde Guerre mondiale, tandis que Jean-Marie Châtelier en profite pour filmer quelques belles séquences. La journée se termine par le visionnage d’une interview de M. Dottelonde, architecte à la retraite qui a participé à la reconstruction du Havre, que Jean-Marie avait réalisée en juillet dernier. Les jeunes se rendent compte du travail effectué depuis le début de la semaine et du travail de montage qu’il reste à faire.

Etreenfantentempsdeguerre12
Etreenfantentempsdeguerre13


Mardi 2 novembre
Après 3 jours de repos, l’équipe de tournage revient à Normandie Images pour y découvrir de nouvelles images d’archives et en sélectionner quelques extraits pour les intégrer à leur film. Séparés en 2 groupes, les jeunes posent alors de nombreuses questions et interviewent une nouvelle témoin, Mme Laplace, déposante de films tournés par ses parents alors accueillis à la campagne pendant la Seconde Guerre mondiale. À 14 heures, c’est au tour de Jean-Louis Roussel, historien, d’aborder avec eux ce que pouvait signifier être enfant en temps de guerre entre 1939 et 1945.

D’ailleurs, peut-on vraiment être un enfant en temps de guerre ? A-t-on une enfance lorsqu’on grandit en pleine guerre ? Tant de questions auxquelles le film répondra peut-être…

Pendant ces 6 jours de tournage, Jean-Marie Châtelier est impressionné par l’engagement, l’autonomie des jeunes qui se répartissent les rôles : l’un à la lumière, l’autre au son… Ils se posent déjà de vraies questions de cinéma : est-ce qu’on garde tous les témoignages ? Oui, ils veulent que tous les témoins apparaissent.

Etreenfantentempsdeguerre14
Etreenfantentempsdeguerre15
Etreenfantentempsdeguerre16
Etreenfantentempsdeguerre17
Etreenfantentempsdeguerre18
Etreenfantentempsdeguerre19
Etreenfantentempsdeguerre20
Etreenfantentempsdeguerre21
Etreenfantentempsdeguerre22


Mercredi 8 décembre
Les nombreuses images filmées en octobre ont donc été choisies, triées, montées. Cette journée a été synonyme de découverte, de partage d'idées.
Etreenfantentempsdeguerrephoto23
Etreenfantentempsdeguerrephoto24

Mardi 21 décembre
Au studio B, les apprentis réalisateurs ont visionné le montage final du film, choisi les voix, enregistré les voix off, positionné les voix dans le montage. Le sérieux et l’enthousiasme des jeunes est à souligner, ils ont épaté une fois encore les professionnels qui les ont accompagnés : "Très fier de pouvoir travailler avec cette équipe !!! Ils sont vraiment très chouettes nos jeunes ! Et quelles voix ! Encore une belle journée de travail !!"

Etreenfantentempsdeguerrephoto25
Etreenfantentempsdeguerrephoto26
Etreenfantentempsdeguerrephoto27
Etreenfantentempsdeguerrephoto28
Etreenfantentempsdeguerrephoto29


Le film sera projeté à la rentrée 2022 dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine notamment.

L’AMISC et Normandie Images remercient :
- Les 15 témoins interviewés pour leur générosité, leur accueil, et leur patience.
- La Maison du Patrimoine et des Cités Provisoires de Gonfreville l’Orcher et à M. Emion pour son accueil pendant 2 demi-journées.
- La MJC Rouen Rive Gauche pour leur aide précieuse lors des venues des jeunes à Rouen.
- Jean-Marie Châtelier, réalisateur, pour son travail et sa pédagogie auprès des jeunes du projet.
- Félicitations aux 9 jeunes investis dans ce projet riche en émotions, en découverte, en liens intergénérationnels.

Ce projet a été soutenu par le Ministère chargé de la ville, la DRAC Normandie dans le cadre de l’appel à projet C’est mon patrimoine ! , le Département de Seine-Maritime dans le cadre de l’appel à projet Devoir de mémoire, le Service départemental à la jeunesse, à l’engagement et aux sports (SDJES), la CAF de Seine-Maritime.

Siège social

Atrium
115 Boulevard de l'Europe
76100 Rouen

Établissement secondaire
Pentacle - Bâtiment C
5 avenue de Tsukuba
14200 Hérouville Saint-Clair
SUIVEZ-NOUS :
ABONNEZ-VOUS À NOS ACTUALITÉS !
L'ASSOCIATION EST FINANCÉE ET SOUTENUE PAR LE CONSEIL RÉGIONAL DE NORMANDIE, DES SERVICES DE L'ÉTAT : DIRECTION RÉGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES ET L'ACADÉMIE DE NORMANDIE ; CENTRE NATIONAL DU CINÉMA ET DE L'IMAGE ANIMÉE ; CONSEILS DÉPARTEMENTAUX DE L'EURE, DU CALVADOS, DE LA MANCHE ET DE L'ORNE.